Délégationde l’Isère

L’état du mal-logement en Isère

Jeudi 15 mars, « Un toit pour tous » a présenté le rapport 2012 sur l’état du mal-logement en France et en Isère.

publié en mars 2012

Alors que les annonces de rigueur se succèdent pour enrayer le déficit public, les besoins sociaux n’ont jamais été aussi importants : le chômage augmente ainsi que le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Dans ce contexte, accéder à un logement ou payer son loyer, quand on en a un, devient particulièrement difficile.

À travers les éléments statistiques collectés, l’Observatoire de l’hébergement et du logement rend compte des 5 manifestations que peut prendre le mal-logement :

    • L’absence de domicile personnel ;
    • Les difficultés d’accès au logement ;
    • L’inconfort des logements ;
    • Les difficultés de maintien ;
    • L’absence de mobilité résidentielle.

Quelques chiffres pour illustrer ces situations :

    • 2,6 % des ménages isérois sont hébergés chez des proches.
    • Le secteur de l’urgence est confronté à une recrudescence des demandes (+ 32 % d’appels au 115).
    • Le parc locatif privé se stabilise à un niveau élevé de loyer (10,80 €/m² en moyenne). Il reste réservé à ceux qui ont des moyens.
    • L’offre en logements sociaux augmente (+ 7,5 %), mais ne correspond qu’en partie à la demande.
    • La demande sociale se stabilise autour de 26 000 demandeurs.
    • Les attributions de logements sociaux s’améliorent, mais restent en deçà des besoins.
    • De nombreux ménages ont recours au Dalo : 3 512 recours pour un logement ou un hébergement en quatre années d’exercice de la commission.

Il manque 4 600 logements sociaux, qui auraient dû être construits au titre de la loi SRU (construction de 20 % au moins de logement sociaux dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants).

Les informations complètes sont disponibles sur le site www.untoitpourtous.org

Imprimer cette page

Document

Faites un don en ligne